Notre moteur de recherche français aurait-il tout d’un grand ? C’est la question à laquelle personne ne risque une réponse : quand Google traite dans l’année près de 3 000 milliards de requêtes, Qwant est à 500 millions en 2013 et mise sur plus d’un milliard en 2014. Peut-on, ou veut-on en Europe créer un monstre à l’instar de Google ? 

Derrière cette bagarre des chiffres, le plus important est que le potentat de Mountain view ait un petit frère en Europe. Un frère qui grandira sans commettre les erreurs de son ainé. Parce que Google comme Facebook se donnent les moyens d’entrer dans notre vie privée, de s’approprier nos données et de les monétiser à nos dépens, l’Europe met la touche finale sur une nouvelle directive qui vise expressément à éloigner les velléités de Google, comme Facebook à s’emparer de notre vie. Ce nouveau dispositif va tuer internet à petit feu et décourager toutes les initiatives européennes. La solution résiderait à accompagner et à investir dans le moteur Qwant comme Axel Springer l’a fait. L’accompagnement de Qwant est une première garantie pour que nos valeurs européennes, grâce auxquelles, nos données personnelles sont protégées et non négociables, soient protégées.

C’est ce qui permettra de rétablir la confiance dans le web nécessaire à son développement pour l’ensemble de la communauté.