Un sondage Gallup, réalisé le mois dernier aux US, est résumé dans un titre d’article sur ZDNet par : « 62% des internautes insensibles aux marques sur les réseaux sociaux ». A qui profite l’intox ?

Le titre de l’article est tellement surprenant, que la lecture approfondie du papier nous rassurerait presque. Les internautes ne sont pas insensibles aux marques sur les réseaux sociaux, c’est juste l’approche faite par les entreprises qui ne leur conviendraient pas.

Les réseaux sociaux sont efficaces pour influencer et permettre aux internautes de vivre en affinité avec leurs marques préférées, leurs valeurs et univers. De les personnifier.  Et pour la marque d’entamer un dialogue utile avec ses fans, que ce soit en affinitaire pur ou en service après-vente…

D’où l’importance – et le succès en communication corporate –  des réseaux sociaux pour les marques…

Pour le consommateur, acheteur de la marque, il est toujours évident que l’expérience in store sera toujours plus valorisante et agréable à vivre que dans les opportunités d’achat via le e-commerce.

L’  « expérience » de la marque en e-commerce est pratiquement inexistante, la marque étant même dévalorisée car noyée au sein des sites de e-commerce. En effet, le prix réduit constitue l’argument principal pour influencer la décision d’achat on line, et les systèmes de fidélisation sont des plus « pauvrelets »…Manque d’imagination en e-CRM de la part des e-marqueteurs ?…C’est en réalité ce que confirme ce sondage Gallup : l’internaute en affinité avec la marque ne se transforme pas en acheteur, car son e-expérience à l’achat est dévalorisante. Pas de services personnalisés, d’identification et de croisement des data avec les précédentes expériences d’achat du client in store, pas de segmentation fine du discours…

Du pain sur la planche donc pour les marketeurs du e-commerce, encore un effort créatif sur l’expérience on line de la marque, et les ventes décolleront !