La nouvelle est relativement fraiche et son impact est réel : pour la première fois depuis sa création, le nombre d’utilisateurs uniques de Snapchat a dépassé celui de Twitter.Certains appelleront ça le cycle de la vie digitale, où une nouvelle application vedette en remplace une autre, mais d’autres (non moins avisés) y verront aussi un signe de popularité évident : Snapchat est bel et bien la plateforme du moment !

Petit rappel salvateur : Snapchat est une application mobile qui permet, dans son utilisation la plus basique, d’envoyer à ses contacts des messages courts (pas plus de 10 secondes, sous forme de photo, texte ou vidéo), qui ont la particularité de s’autodétruire – a priori – après visionnage. Mais, étant donné l’évolution et la croissance exponentielle de l’entreprise californienne, et la multiplication de ses services, il serait sans doute peu pertinent de réduire l’application à ce simple usage. Depuis quelques mois, les nouveautés ont contribué à hisser Snapchat sur le devant de la scène : partage de stories publiques sur des thèmes, des événements et/ou des lieux donnés (dans le genre de la story Paris, que chacun retrouve chaque jour dans son fil d’actualité, alimenté par les snaps des parisiens), partenariats avec des producteurs de contenus américains (Buzzfeed, MTV, Cosmopolitan pour n’en citer qu’une partie) et arrivée de la publicité contextuelle via les filtres (le dernier en date : la possibilité de faire fusionner son visage avec celui de Christiano Ronaldo pour une publicité Nike)… Ces services fonctionnent si bien que Snapchat repousse de jour en jour ses standards en terme d’audience. Catalogué (à raison !) comme l’appli numéro un chez les adolescents, Snapchat intéresse un nombre croissant de journalistes et de « people » qui en font leur support de communication privilégié. Naturellement, dans ce vaste mouvement d’appropriation de la plateforme du moment, les entreprises/marques ne sont pas en reste, et même jusqu’aux organes de communication ministériels.

Pourquoi-utiliser-snapchat-dans-sa-strategie-de-communication

Le constat de la montée en puissance de Snapchat impose de fait une réalité forte : au-delà des traditionnelles problématiques de cible, Snapchat devient peu à peu incontournable dans le déploiement d’une communication efficace et innovante.

Sans entrer dans la description des (immenses) possibilités offertes par la plateforme en terme de communication, attardons-nous sur une d’entre elle qui sort incontestablement du lot, de par sa singularité et son potentiel : les filtres géolocalisés personnalisés. Avant d’expliquer plus en détail cette fonctionnalité, un petit retour en arrière s’impose.

Été 2014 : Snapchat lance pour la première fois une fonctionnalité permettant d’agrémenter chaque photo prise d’un bandeau-titre rappelant l’endroit d’où a été prise la photo. Par exemple, si votre téléphone vous détecte à Paris, vous aurez l’opportunité d’insérer un petit visuel « Paris » sur votre photo. Ce procédé fonctionne pour les villes, mais aussi, pour certains quartiers, ou pour des lieux emblématiques d’une ville.

snapchat-geofilters

Ce mode de personnalisation des photos, désormais bien connu des utilisateurs assidus du réseau social, s’est rapidement imposé comme une des forces de Snapchat. Que l’on soit touriste, habitant d’un quartier, ou de passage, signer ses photos de l’endroit où on se trouve permet de s’ancrer dans un territoire et une communauté donnée. Un ressort qui est d’ailleurs utilisé fréquemment par le pôle éditorial du réseau pour alimenter les stories par ville.

Nous arrivons donc à l’été 2016 et les filtres géolocalisés vont bientôt prendre une nouvelle dimension. Place à la personnalisation ! Que l’on soit une marque, un office du tourisme, ou un particulier, chacun peut créer son propre filtre sur son ordinateur, et payer pour le rendre disponible sur le réseau. La somme minimum est de 5 dollars, et augmente en fonction du périmètre d’affichage et de la durée choisie.

Ne nous y trompons pas. La vraie plus-value « commerciale » de Snapchat est bien là, notamment en terme d’événementiel. Car aujourd’hui, pour les entreprises, ce qui compte, c’est d’aspirer les clients potentiels dans son spectre, son univers, et de les intégrer à la proposition narrative qui leur est faite. De ce point de vue, l’apparition des filtres personnalisés constitue une opportunité unique de fédérer autour de son image et de valoriser une partie de son propre discours dans les échanges interpersonnels. Créer et utiliser son propre filtre, c’est donner une force supplémentaire à son image de marque, et prolonger le récit qui sous-tend sa prise de parole dans l’espace publique. Une façon originale et efficace de se démarquer.

En définitive, Snapchat tire sa force de sa formidable capacité à innover et défricher les champs de la communication à grands coups de proposition créative. Cette capacité permet de faire de l’application un lieu fictif résolument communautaire, utilisant au mieux le potentiel rassembleur et émotionnel de l’image. Ce constat montre assurément une des voies à suivre dans l’agilité entrepreneuriale mais il est surtout instructif sur la mentalité à développer pour réussir : bougez, créez, inventez, les succès futurs se nourrissent nécessairement de votre vigueur créative.